LE SEPTIEME SCEAU d’Ingmar Bergman en copie restaurée à Cannes

Image10

Un chevalier, Antonius Block, et son écuyer Jöns sont de retour des Croisades, désabusés. L’hystérie règne à cause de la peste. Sur le rivage, il rencontre la Mort dans l’un des échanges les plus efficaces en champ/contre-champ jamais filmés, la défie à un jeu d’échecs pour rester en vie. L’intemporalité de ce jeu passionné existentiel réside dans l’humanité de ses personnages qui semblent représenter une allégorie de la fuite, comme une sorte de mort narrative d’acteurs qui voyagent dans la lumière : Block, que les Croisades ont emporté loin du réel, la seule preuve de l’existence de Dieu, jusqu’à l’abstrait et au tourment ; Jöns, cynique sensuel qui joue avec le vide ; la Mort elle-même, une image éternelle ; et le rêveur Jof et sa femme aux fraises sauvages.

Avec :

Max Von Sydow, Nils Poppe, Bengt Ekerot, Gunnar Bjornstrand, Bibi Andersson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s