THE HOUSE THAT JACK BUILT de Lars Von Trier hors compétition à Cannes

jack-built-cover-foto

U.S.A. années 1970. Nous suivons le brillant Jack sur une période de 12 ans et découvrons les meurtres qui vont marquer son évolution de tueur en série. L’histoire est vécue du point de vue de Jack. Il considère chacun de ses meurtres comme une œuvre d’art en soi. Alors que l’inévitable intervention de la police ne cesse de se rapprocher, il prend de plus en plus de risques pour créer l’œuvre d’art suprême.

Peu à peu, à travers une conversation récurrente avec un inconnu, Verge, nous plongeons dans les descriptions de Jack, un mélange grotesque de sophistication, d’apitoiement presque enfantin sur soi-même et d’explications psychopathiques. « The House That Jack Built  » est une histoire sombre et sinistre, présentée comme un conte philosophique, et parfois humoristique.

Avec Matt Dillon, Uma Thurman, Sofie Grabol et Bruno Ganz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s