SEARCHING FOR INGMAR BERGMAN en projection à Cannes

SearchingForIngmarBergman_c_Boerres-Weiffenbach

Ingmar Bergman est considéré comme l’un des réalisateurs les plus importants de l’histoire du cinéma. À l’occasion du centenaire de sa naissance en 2018, la cinéaste allemande Margarethe Von Trotta s’interroge sur l’héritage du maître, son travail et sa vie personnelle, qui continue d’inspirer des générations de réalisateurs.

THE HOUSE THAT JACK BUILT de Lars Von Trier hors compétition à Cannes

jack-built-cover-foto

U.S.A. années 1970. Nous suivons le brillant Jack sur une période de 12 ans et découvrons les meurtres qui vont marquer son évolution de tueur en série. L’histoire est vécue du point de vue de Jack. Il considère chacun de ses meurtres comme une œuvre d’art en soi. Alors que l’inévitable intervention de la police ne cesse de se rapprocher, il prend de plus en plus de risques pour créer l’œuvre d’art suprême.

Peu à peu, à travers une conversation récurrente avec un inconnu, Verge, nous plongeons dans les descriptions de Jack, un mélange grotesque de sophistication, d’apitoiement presque enfantin sur soi-même et d’explications psychopathiques. « The House That Jack Built  » est une histoire sombre et sinistre, présentée comme un conte philosophique, et parfois humoristique.

Avec Matt Dillon, Uma Thurman, Sofie Grabol et Bruno Ganz

BERGMAN – ETT AR, ETT LIV en projection à Cannes

 

viskningar_bakom_6

Au cours d’une période de six ans, au milieu du XXe siècle, quelque chose d’inégalé se produit. Un suédois dégingandé, sur le point d’avoir quarante ans, entre dans une période de production cinématographique sans précédent. Entre 1957 et 1963, il filme quelques-uns des plus grands classiques de l’histoire du cinéma, produit un certain nombre de productions théâtrales pour la scène et la radio et dirige également six téléfilms. Au milieu de ses pairs et cinéastes contemporains, Ingmar Bergman reste largement hors d’atteinte.

Documentaire réalisé par Jane Magnusson

LE SEPTIEME SCEAU d’Ingmar Bergman en copie restaurée à Cannes

Image10

Un chevalier, Antonius Block, et son écuyer Jöns sont de retour des Croisades, désabusés. L’hystérie règne à cause de la peste. Sur le rivage, il rencontre la Mort dans l’un des échanges les plus efficaces en champ/contre-champ jamais filmés, la défie à un jeu d’échecs pour rester en vie. L’intemporalité de ce jeu passionné existentiel réside dans l’humanité de ses personnages qui semblent représenter une allégorie de la fuite, comme une sorte de mort narrative d’acteurs qui voyagent dans la lumière : Block, que les Croisades ont emporté loin du réel, la seule preuve de l’existence de Dieu, jusqu’à l’abstrait et au tourment ; Jöns, cynique sensuel qui joue avec le vide ; la Mort elle-même, une image éternelle ; et le rêveur Jof et sa femme aux fraises sauvages.

Avec :

Max Von Sydow, Nils Poppe, Bengt Ekerot, Gunnar Bjornstrand, Bibi Andersson

ARCTIC de Joe Penna hors compétition à Cannes

arctic

En Arctique, la température peut descendre jusqu’à moins -70°C. Dans ce désert hostile, glacial et loin de tout, un homme lutte pour sa survie. Autour de lui, l’immensité blanche, et une carcasse d’avion dans laquelle il s’est réfugié, signe d’un accident déjà lointain. Avec le temps, l’homme a appris à combattre le froid et les tempêtes, à se méfier des ours polaires, à chasser pour se nourrir… Un événement inattendu va l’obliger à partir pour une longue et périlleuse expédition pour la survie. Car cette terre gelée ne pardonne aucune erreur.

Avec Mads Mikkelsen et Maria Thelma Smaraddottir. Réalisé par Joe Penna.

GRÄNS de Ali Abbasi en compétition à Cannes

CannesUnCertainRegard

Tina, douanière à l’efficacité redoutable, est connue pour son odorat extraordinaire. C’est presque comme si elle pouvait flairer la culpabilité d’un individu. Mais quand Vore, un homme d’apparence suspecte, passe devant elle, ses capacités sont mises à l’épreuve pour la première fois. Tina sait que Vore cache quelque chose, mais n’arrive pas à identifier quoi. Pire encore, elle ressent une étrange attirance pour lui. Alors qu’elle développe un lien spécial avec Vore et découvre enfin sa véritable identité, Tina réalise également la vérité sur elle-même : comme Vore, elle n’appartient pas à ce monde. Son existence toute entière se base sur un mensonge et elle doit maintenant choisir: continuer à vivre dans cette imposture ou embrasser les révélations terrifiantes de Vore.

Avec :

Eva MELANDER – Tina

Eero MILONOFF – Vore

Jörgen THORSSON – Roland

Ann PETRÉN – Agneta

Sten LJUNGREN – Tinas Dad

Wilhelmsen KJELL – Daniel

Rakel WÄRMLÄNDER – Therese

Andreas KUNDLER – Robert

Matti BOUSTEDT – Tomas

Ingmar Bergman à l’honneur à Cannes

INGMAR BERGMAN

Le maître du cinéma suédois Ingmar Bergman est célébré au 71e festival de Cannes qui se tient cette année du 8 au 19 mai, avec notamment la projection de deux documentaires et une version restaurée du Septième Sceau.

Il y a 14 ans, Cannes Classics était créé avec l’ambition de faire découvrir les classiques et chefs-d’œuvre du cinéma.

En projetant des films de patrimoine en version restaurée 2K ou 4K ou une recréation photochimique exceptionnelle, Cannes Classics continue son travail d’exploration de l’histoire du cinéma avec des documentaires produits en 2018 et des longs métrages présentés par des producteurs, distributeurs, fondations, cinémathèques, ayants-droit qui travaillent à la sauvegarde du passé pour le faire revivre au présent.

A l’occasion de son centenaire, célébré cette année par de nombreuses institutions culturelles, le réalisateur suédois rejoint la catégorie avec 3 programmes :

Bergman — ett år, ett liv (Bergman – A Year in Life) de Jane Magnusson
(2018, 1h56, Suède)
Bergman – A Year in Life retrace l’existence de Bergman pendant l’année 1957 au moment de la sortie des Fraises sauvages et du Septième Sceau.
Jane Magnusson, déjà auteure en 2013 de Trespassing Bergman avec Martin Scorsese, Woody Allen, Francis Coppola et Wes Anderson, a travaillé cette année sur plusieurs projets concernant Bergman. Ensemble, avec l’auteure de BD et animatrice Liv Strömquist, elle prend également part à un projet de court métrage intitulé Bergman Revisited with the film Vox Lipoma (2018) – un film d’animation satirique qui était en compétition au Sundance film Festival cette année.
Une présentation de B-reel Films. Produit par Mattias Nohrborg, Cecilia Nessen, Fredrik Heinig pour B-reel Film, avec SvT, Nordsvensk, FRSM, Reel Ventures, SF et avec le soutien de SFI, NFI et NFTV. Distribution : Carlotta Films.
En présence de Jane Magnusson
.

Det sjunde inseglet (Le Septième Sceau / The Seventh Seal) d’Ingmar Bergman (1957, 1h36, Suède)
Il y a trois ans, le Swedish Film Institute s’était donné le challenge de traduire et digitaliser l’intégralité des films de Bergman pour 2018. Résultat : Le Septième Sceau, Prix spécial du Jury au festival en 1957 considéré comme une des plus grandes œuvres cinématographiques de tous les temps, est cette année lui aussi présenté dans Cannes Classics.
Synopsis : La rencontre d’un chevalier avec la Mort et une partie d’échecs qui fait légende… Le chef-d’œuvre le plus célèbre d’Ingmar Bergman et l’un des rôles les plus marquants de Max von Sydow.
Une présentation du Swedish Film Institute. Numérisation et restauration 4K à partir du négatif original et du mixage final sur bande magnétique menées par le Swedish Film Institute. Distribution salles : Studiocanal et Carlotta Films.

A la recherche d’Ingmar Bergman (Searching for Ingmar Bergman) de Margarethe von Trotta
(2018, 1h39, Allemagne, Suède)
La réalisatrice allemande Margarethe von Trotta, qu’Ingmar Bergman appréciait beaucoup, part sur les traces du cinéaste en même temps que celles de son propre passé et interroge la nouvelle génération à propos de la place laissée par le maître suédois